Leaders MLM: Escrocs ou Chanceux ?

La raison pour laquelle tu te lances dans le marketing de réseaux ?

Goûter aux joies d’entreprendre.

Il y a même de fortes chances que tu m’aies découvert grâce à ma chaîne youtube que j’avais créée au début pour aider les partenaires de mon réseau et ensuite qui s’est étendu à d’autres personnes il y a un peu plus de 1 an.

Tu t’es dit comme beaucoup que cette forme de distribution était l’eldorado du commerce, et que tu avais tout à y gagner.

Le genre de modèle qui, il y a 10 ans, pouvait paraître futuriste et qui aujourd’hui paraît vieillissant.

Depuis qu’il y a l’affiliation et tout ce que le web permet de nos jours, ce modèle est devenu au fil du temps obsolète.

Ces entreprises ont toujours eu tendance à amener un bol d’air frais dans la vie de ceux qui en ont ras le bol de leur boulot.

Parce qu’elles parlent systématiquement des meilleurs cas de figure en ce qui concerne les gains potentiels.

Mais la réalité est qu’elles achètent à prix cassé des listes de contacts.

Avant ?

Les entreprises achetaient des listings de contacts à prix d’or.

Avec ce genre de schéma ?

Ce sont les personnes qui donnent de l’argent à l’entreprise et leurs meilleurs contacts.

Un coup de génie pour renverser la tendance donc.

Un autre :

Le plus gros poste de dépense pour une entreprise ?

La partie commerciale et les charges salariales.

Imagine alors ce que serait une entreprise s’il n’y avait pas de salarié, pas de commerciaux à payer et, à la place, une armée d’utilisateurs dévoués corps et âme qui payent pour utiliser tes produits, qui doivent continuer à payer mois après mois pour avoir le droit de rester dans la course et qu’ils inondent leurs contacts en créant des groupes privés Facebook pour faire la promotion de ces produits en échange d’une petite commission mais uniquement s’ils vendent.

Beau modèle n’est-ce pas ?

C’est le modèle du marketing multiniveaux.

C’est pour cette raison que tous ceux qui voulaient impérativement développer une activité en intégrant ce genre de structure, je leur ai toujours conseillé la même chose :

Se créer d’abord leur propre business (en ligne évidemment avant toute chose), bâtir leur image personnelle (pas celle de l’entreprise parce qu’elle ne nous appartient paset créer son concept bien à soison univers dans lequel il y aura entre autres tes produits et services MLM.

Pourquoi ?

C’est suite à une expérience un peu particulière en mars 2017.

À l’époque j’étais dans une compagnie MLM qui s’appelle Kyäni (aller je me dévoile…).

Un beau réseau d’une bonne centaine de distributeurs.

Pour éviter de répéter 15 fois par jour les mêmes présentations j’avais enregistrer une vidéo youtube que recevait les prospects qui avaient manifesté leur intérêt en laissant leur e-mail sur le site web que j’avais créé, pouvaient visionner.

J’avais même commencé à créer sous cette vidéo de présentation un bouton sur lequel le prospect était redirigé sur une autre page et avait la possibilité de choisir dans quelle équipe il voulait démarrer.

Un boulot de fou avec plus d’une centaine de profils à créer.

Ma stratégie était de publier 1 fois par semaine un article et une vidéo youtube publique en mode tutoriel pour aider les partenaires de mes équipes à se former et en même temps donner envie à ceux qui cherchaient des infos sur cette entreprise sur internet et youtube, de découvrir notre équipe et leur donner envie de démarrer avec nous et pas chez un autre parce qu’ils voyaient qu’il y avait du contenu de formation en quantité et qu’ils ne seraient pas abandonnés, seuls ne sachant quoi faire (une des plus grosses peurs des petits nouveaux qui se lancent).

Mon site gravitait autour de la profession et pointait vers l’entreprise dans laquelle j’étais partenaire.

Un vrai générateur de prospects qui fonctionnait très bien et étant un des seuls à faire ça dans la compagnie, mon site est rapidement arrivé premier sur google et youtube rien qu’en tapant le nom de la boîte.

Pour info, j’ai commencé cette mise en place en septembre 2016.

Il m’a fallu un peu plus de 5 mois pour commencer à avoir un site sympa sachant qu’à l’époque c’était une première pour moi, je n’avais jamais fait ça.

L’apprentissage sur le tas en faisant les choses et un moyen efficace d’évolution.

Ce qui m’a surpris ?

En y repensant aujourd’hui c’est logique.

Beaucoup de ceux qui visitaient mon site étaient déjà dans la même compagnie et cherchaient à se former car leur soi-disant Leaders ne les formait pas et ne répondait pas à leur question. Ils leur disaient de suivre la méthode.

Il laissait leurs coordonnées tout en sachant qu’ils ne pourraient pas intégrer mes équipes car eux, ce qu’ils voulaient c’était utiliser ce que j’avais fait pour leur propre compte.

C’est de bonne guerre tu me diras, mais j’avais l’impression d’être le Dindon de la farce. Jamais cool comme sensation.

J’ai alors ajouté une condition à l’inscription :

« Si tu es distributeur chez Kyäni clique ici sinon cliques là ».

J’ai créé alors un autre type de parcours pour la majorité qui s’inscrivait sur mon site et était déjà distributeur indépendant chez Kyäni.

Au lieu de voir la vidéo de présentation, ils avaient une vidéo de présentation de la méthode que j’utilisais pour générer des prospects sur le web.

Bien évidemment, n’étant pas dans mes équipes, la méthode et mon programme de formation n’était pas gratuit pour ceux qui n’étaient pas membre de mes équipes.

Pas mal non ?

C’est alors que ces membres d’autres équipes m’écrivaient par e-mail m’implorant qu’ils étaient dans la galère, se sentait seul, abandonné, tout ça tout ça.

Re le Dindon de la farce.

Hors de question de devenir la Mère Thérésa du MLM.

Difficile tout de même quand les gens te disent qu’ils ont des gosses, sont au chômage et que ton aide est leur dernier recours.

Aider les gens oui mais gratuitement non.

Parce qu’il faut bien vivre et ce que les années d’expérience m’ont appris, ce ne sont pas ceux que tu as aidés gratuitement qui font tourner ton business, paye tes factures et te paye la vie que tu veux.

Mais en même temps, comme le répète tout le temps Doudou : « Tu es trop gentil ».

Promis, je me soigne.

L’expérience un peu particulière de mars 2017 ?

Une convention à Vienne en Autriche.

Comme d’habitude en mode grosse messe Américaine, ceux qui gagnent le plus passent sur la scène te disant : « toi aussi tu peux le faire parce qu’ils étaient comme toi au début » etc. etc.

Ce qui m’avait choqué ?

Ceux qui avaient une grosse prime de type 4 000 € ou 6 000 € et qui était déjà passé à la dernière convention passaient à nouveau sur scène.

La raison ?

Il n’y aurait eu que 2 pelos parce qu’il y avait seulement 2 ou 3 nouvelles têtes dans la masse des « bienheureux ».

La suite de ce qui a été dit durant ces 2 jours valait le détour.

Gros changements dans le plan de compensation et je pèse mes mots.

Mais dilué entre du contenu inspirant et des formations pour gagner des millions, ça évite de pousser à une révolte immédiate de tous les distributeurs.

Le résumé ?

Commission divisée par 3 voire 5.

Nombre de point mensuel requis pour rester dans la course et toucher tes commissions augmentées de 50 %.

Beaucoup faisaient des photos, heureux comme jamais en se disant qu’ils étaient au bon endroit au bon moment.

Ils ne voyaient pas ce qui arrivait gros une maison.

Un mois plus tard l’hécatombe que l’on avait annoncée telle une prophétie arriva.

Les soi-disant gros leaders sont partis comme des voleurs vers d’autres pays, certains emportant même avec eux leur voiture de luxe qu’il n’arrivait plus à payer parce que la compagnie avait transformé leur jolie 10 000 € en moins de 700 € (j’espère pour eux qu’ils avaient un peu de fric de côté).

Les autres ?

Ils se sont tournés vers des trucs de voyage, ou des compagnies de produits de consommation courante.

Moi-même à l’époque j’ai voulu transférer mes équipes ailleurs en me lançant dans une autre compagnie (Modère).

Le plan de rémunération semblait intéressant après l’avoir étudié pendant 2 jours avant de faire une réunion de crise.

Mais à nouveau les commissions de vente sont tellement faibles que si tu ne fais pas 4 000 € de vente par mois, tu ne peux pas espérer toucher plus de 40 % de commission. Quand tu vends des dentifrices à 10 € ça te fait donc 4 € et encore sur ça on te déduira des frais de gestions.

Bon courage vu l’énergie qu’il faut déployer pour des clopinettes. Autant faire un vide-greniers.

C’est durant cette période de doute mélangé à du « que faire » que j’ai compris qu’une entreprise qui misait tout sur un partenaire n’était jamais bon.

C’est Warren Buffet, le célèbre investisseur multimilliardaire qui disait dans l’un de ces livres que le pire chiffre en business c’est 1.

Un client, une source de revenu, etc.

C’est durant cette période que j’ai saisi l’importance d’avoir une activité bien à soi, avec des offres personnelles et d’y intégrer si on y tient vraiment les produits d’une compagnie MLM ainsi que d’autres sources de revenus sans passer pour la personne à la recherche de quelques euros à grappiller un peu partout en cherchant à vendre tout et rien sur internet.

Comme on voit partout quand tu tapes MLM sur google.

Parce que ce qui à le plus de valeur et là où tu dois le plus mettre tes efforts, c’est sur toi et ton image.

Ta marque.

Malgré tout je suis content d’avoir traversé ces périodes difficiles car je n’aurais pas cherché une autre solution que celle que j’avais et je n’aurais peut-être jamais eu le privilège de créer quelque chose de bien à moi que je maîtrise entièrement.

Parce que maintenant quand on me présente un business plan MLM, je ne me demande plus si c’est fait pour moi mais si ce business plan s’applique à mon business model personnel.

Si ce n’est pas le cas, je ne perds pas une minute de plus à étudier le truc.

Avant de chercher à faire tourner la boîte des autres, j’ai la mienne à faire tourner.

Et il reste un paquet de boulot à faire, je n’en suis qu’au début.

Passe un bon week-end

J-B

(2 lectures)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COPYRIGHT © 2018 | Mentions Légales