Les meilleures nouveautés en livres cet été

Les meilleures nouveautés en livres cet été
Meilleure Vente n° 1
Le Journal de ma disparition
  • Grebe, Camilla (Author)
  • 480 Pages - 01/30/2019 (Publication Date) - Le Livre de Poche (Publisher)
Meilleure Vente n° 2
Sans Toi: L'intégrale
  • B., Amélie (Author)
Meilleure Vente n° 3
Le Bonheur n'a pas de rides
  • Huon, Anne-Gaëlle (Author)
  • 352 Pages - 04/03/2019 (Publication Date) - Le Livre de Poche (Publisher)

Chez ShopiBlog.com, nous effectuons des comparaisons et des analyses de produits pour vous aider à prendre la meilleure décision d’achat.

Nous n’avons aucun intérêt pour un produit spécifique et nous ne publions pas de contenu payant.

Nos revenus proviennent d’une commission du vendeur quel que soit votre achat, ce qui nous permet d’être vraiment indépendants.

L’été est cette période merveilleuse où nous avons un peu plus de temps libre et nous pouvons nous adonner à ces lectures que nous avons retardées par manque de temps tout au long de l’année.

Que ce soit en compagnie de la mer, de la montagne ou de la piscine; livre à la main, nous nous immergons pleinement dans un roman, nous en profitons pour apprendre de nouvelles choses de la main de certains spécialistes, ou nous plonger dans des histoires réelles qui nous feront connaître l’autre côté de la médaille.

Si nous sommes de ceux qui préfèrent nous plonger dans les romans, beaucoup d’entre eux seront chargés de documentation historique comme « Long Petal of the Sea » d’Isabel Allende, une œuvre presque hommage à Pablo Neruda et délicieusement bien documentée dans l’après-guerre.

Dans ce sens, nous trouvons également l’autofiction de Siri Hutsvedt, «Memories of the future», un voyage à travers New York dans les années 70 basé sur les propres expériences de l’auteur; « La fille des Espagnols » de Karina Sainz Borgo, allégorique à la crise de la société vénézuélienne et qui pose les dilemmes de l’exil nécessaire; ou « Cooking a Bear » de Mikael Niemi, qui prend un personnage réel, Sami Shepherd Lars Levi Læstadius, et fait de lui le protagoniste de son roman policier suédois.

Même certains titres biographiques qui ont peu, ou du moins il nous semble, de roman, comme « The Director », de David Jiménez, où il raconte les vicissitudes vécues pendant un an à la tête de la direction du journal El Mundo.

« Malaherba » de Manuel Jabois nous permet de réfléchir sur l’amour et l’enfance; tandis que Xavier Aldekoa dans «Indestructibles» nous apporte un témoignage de première main sur le nombre d’enfants qui vivent leur enfance dans un continent en conflit éternel comme l’Afrique.

Il y aura beaucoup de choix parmi les classiques réédités tels que « The End of the Affair » par Graham Greene, ou « Complete Tales » et « White Jacket » par Herman Melville.

Pour terminer l’opération bikini avec style, nous avons deux livres qui peuvent être appelés gourous de la cuisine contemporaine.

L’un d’eux est « Eat real food », un guide sur une alimentation saine contre les ultra transformés, par Carlos Ríos, créateur du mouvement « Realfooding ».

L’autre est celui de Marián García, « le jambon York n’existe pas », qui nous apprend à lire les étiquettes des produits et à découvrir les secrets cachés dans les produits de supermarché.

Livres de fiction

Long pétale de la mer.
Isabel Allende.
Plaza & Janés

Isabel Allende nous surprend à nouveau avec son récit et ce qui promet d’être un nouveau best-seller, fidèle à d’autres articles de l’écrivain tels que « La maison des esprits », « De l’amour et de l’ombre », « Au-delà de l’hiver », seulement pour n’en nommer que quelques-uns.

L’auteur se plonge cette fois pleinement dans la guerre civile espagnole, raconte principalement l’exil de la partie républicaine perdante, en même temps qu’elle nous place dans un demi-siècle d’histoire chilienne.

En tant que protagonistes de cet exil, il choisit Víctor Dalmau et son ami pianiste Roser Brugera, forcés de quitter Barcelone, de traverser la France à travers les Pyrénées et d’embarquer à bord de Winnipeg pour le Chili.

En hommage constant à Pablo Neruda, Allende place le nœud de son histoire au Chili, ou comme le poète a appelé le pays, ce «long pétale de la mer enneigée».

En fait, chaque chapitre du livre s’ouvre sur une citation du poète que, de plus, nous verrons comme l’un des personnages secondaires.

Il est curieux de savoir que Winnipeg est le navire que Neruda a utilisé pour transporter des réfugiés d’Espagne au Chili, lorsqu’il s’est installé comme consul pour l’immigration espagnole à Paris, en 1939.

Arrivés au Chili, Víctor et Roser profitent de quelques années de paix et de liberté, s’intégrant dans la vie sociale du pays depuis plusieurs décennies.

Ce calme tant recherché est interrompu par le coup d’État du général Pinochet contre le gouvernement de Salvador Allende, un ami de Víctor à cause de leur amour des échecs, et qui remet les personnages dans la situation complexe du déracinement.

Complètement bien documenté et avec le soin quotidien qu’Isabel Allende traite des sentiments et des expériences de ses personnages, ce roman nous laissera ce sentiment que l’auteur décrit si bien avec la phrase « si l’on vit assez longtemps, tous les cercles sont fermés ».

Souvenirs du futur.
Siri Hutsvedt.
Seix Barral

Ce qui pourrait bien être défini comme une autobiographie romancée ou une œuvre d’auto-fiction, est le domaine où Hutsvedt réfléchit sur le passage du temps, le désir, le rôle des femmes dans la société et où il questionne ses propres relations avec la réalité, le la perception du monde et les énigmes de la personnalité et de la mémoire.

Basé sur le concept d’espace-temps de Minkowski, l’auteur raconte deux histoires.

La première concerne une jeune femme d’origine norvégienne, SH, qui arrive à New York dans les années 70, avec le Studio 54 et le CBGB en contexte, pour s’imprégner de la vie culturelle de la ville, chercher l’inspiration dans ses rues et pouvoir devenir dans l’écrivain.

Rien de bien éloigné de la vie réelle de l’auteur.

40 ans plus tard, la deuxième histoire a lieu, lorsque SH découvre un journal intime de sa jeunesse qu’il croyait perdu.

Le journal contient un instantané de cette époque qui vous permettra de ressusciter votre jeune moi à travers des gribouillages, des dessins et des fragments de ce roman que vous tentiez d’écrire.

La torsion du roman se produit lorsque la vie de SH est bouleversée par le comportement étrange et les confessions étranges de sa voisine Lucy.

Comme le dit l’auteur de sa propre histoire, nous sommes devant «le portrait de l’artiste adolescente» qui, des années plus tard, a découvert que «les souvenirs du passé sont ce qui façonne en grande partie qui nous serons dans le futur» et cela nous fait réfléchir la nature de la mémoire et du temps.

Malaherba.
Manuel Jabois.
Alfaguara

Une œuvre qui couvre le chemin entre l’enfance et l’adolescence, où les protagonistes découvrent pour la première fois l’amour, la trahison, le mal et la violence.

Le protagoniste, Tamburino, un garçon de 10 ans nommé d’après la chanson « White flag » de Franco Battiato, trouve son père allongé dans la pièce.

En parallèle, il rencontre Elvis, un nouveau camarade de classe, avec qui il traversera les derniers jours de son enfance et ils essaieront de comprendre ensemble ces événements et événements qui, en raison de l’âge, sont encore difficiles à expliquer et à nommer.

Les personnages vivront une histoire d’amour étrange et solitaire, dans un contexte où des choses terribles sont faites par affection, et où l’apprentissage de la vie est difficile et avec des leçons peu encourageantes pour l’avenir.

Le jeu fait allusion aux émotions qu’un enfant éprouve à mesure qu’il grandit et développe sa pensée, mais continue d’être régi par l’instinct d’émotions qui survient lorsqu’il découvre pour la première fois l’amitié, la trahison ou la tromperie.

Une histoire fluide avec un style direct, écrite avec humour et prose rapide, et comme Jabois « Cette histoire est l’histoire de quand vous n’avez pas d’autre choix que de traverser. »

Fin Karl Ove Knausgärd.
Anagramme

My Struggle, de Karl Ove Knausgård, arrive à la fin, et il le fait en nous emmenant au début: Knausgård, face à une impasse littéraire et une impasse existentielle, vient de vider ses angoisses (et d’exposer ses proches) dans Death du père, et se prépare à le publier.

Il prend des photos pour le lancement, se prépare pour les premières interviews promotionnelles, lit nerveusement le manuscrit et reçoit des réponses généralement d’accord.

Et tout à coup, une bombe annoncée par deux mots: « Viol verbal ».

Ce sont les mots qui dirigent l’e-mail envoyé à Knausgård par son oncle Gunnar: un e-mail l’accusant d’avoir écrit un livre plein de mensonges sous l’influence endoctrinant de sa mère, et annonçant des mesures légales s’il atteint voir la lumière.

Une bombe qui secoue l’auteur et frappe la ligne de flottaison de son projet, qui cherche à mettre la mémoire au service de l’honnêteté: Knausgård devra se demander si le premier ne le trahit pas, compromettant ainsi le second, et, sinon, Quels sont les effets de vouloir être honnête à tout prix.

La fille des Espagnols.
Karina Sainz Borgo.
Lumen

Bien que l’auteur préfère ne pas donner de noms ou de dates, « La hija de la española » est un roman aux allégories d’un Venezuela appauvri, plongé dans la violence et kidnappé par un régime totalitaire.

Comme le souligne Sainz Borgo, il n’a pas l’intention que le roman devienne un texte de dénonciation ou un reportage journalistique, mais cherche plutôt l’émotion en abordant des questions telles que l’identité et le déracinement.

Ce n’est pas non plus un roman politisé, mais il nous montre plutôt comment un système autoritaire expulse les individus de la société.

Pour cela, l’auteur se tourne vers Adélaïde, fille d’un professeur de Caracas récemment décédé et qui, lorsqu’elle se retrouve sans sa mère, est seule dans une ville marquée par le rythme quotidien de la violence.

Peu de temps après la mort de sa mère, son domicile est repris par un groupe de femmes qui obéissent aux ordres du maréchal.

Il utilise l’aide de sa voisine, Aurora Peralta, ou mieux connue comme « la fille de l’Espagnol », mais il la trouve morte dans le salon et sur la table, une lettre qui dit à Aurora qu’ils lui ont accordé le passeport espagnol.

Adelaida n’a qu’à se débarrasser du cadavre, usurper l’identité d’Aurora et réussir à fuir l’enfer.

Serez-vous capable de recommencer à être un autre?

Une cage d’or.
Camilla Läckberg.
Maeva

L’écrivain nordique auteur des séries « Les crimes de Fjällbacka » et « La princesse de glace » nous apporte son nouveau thriller psychologique où elle nous présente un protagoniste fascinant et ambigu, qui prédit que « la vengeance d’une femme est belle et brutal ».

Faye est une femme qui, malgré son sombre passé, a réussi à réaliser ses espoirs: un mari séduisant, une fille bien-aimée, un statut social et un luxe.

Cette vie idyllique n’est pas éternelle, et quand tout commence à s’effondrer, cette autre facette de Faje émerge, sans peur et vengeance.

Cette histoire de trahison, de vengeance et de justification sert d’hommage à la sororité.

D’après l’auteur.

«Je devais me pousser complètement hors de ma zone de confort, et je ne m’étais jamais senti capable de le faire auparavant.

Cependant, je suis devenue une femme plus courageuse et plus forte au fil des ans, et il était maintenant temps de le faire.

J’espère vraiment que mes lecteurs aiment Faye autant que moi.»

Faites cuire un ours.
Mikael Niemi.
Seix Barral

Issu de la main de Mikael Niemi, ce roman policier suédois aux teintes d’un roman historique nous transportera au nord de la Suède en 1852.

Le protagoniste est basé sur un vrai personnage, Lars Levi Læstadius, pasteur sami, écrivain et botaniste, qui a basé ses sermons sur la Bible.

Avec son jeune élève Jussi, à qui il apprend à voir le monde avec des yeux différents et à se concentrer sur les détails, ils seront impliqués dans une enquête sur la mort d’une jeune fille, apparemment attaquée par un ours.

Les soupçons de Læstadius d’un meurtre possible commencent à peser quand un deuxième corps apparaît.

Niemi quitte la langue commune avec une prose soignée, cultivée et élégante, mais sans pour autant négliger l’histoire fluide et verbeuse.

Un roman qui vaut la peine pour les amoureux du genre.

Toute la vérité de mes mensonges.
Elísabet Benavent.
Somme

Un camping-car, un groupe d’amis entre célibataires et un réseau de secrets entre amis, soutenus par des mensonges, un peu pieux, un peu égoïstes.

Coco et Marín partagent un appartement à Madrid.

Coco est extravertie et amusante, mais elle est secrètement amoureuse de Marín.

Le groupe d’amis est complété par Loren, Gus, l’ex-petit ami de Coco, Aroa, Marín et l’ex-petite amie de Blanca, la petite amie chanceuse sur le point de se marier et la principale raison pour laquelle ils commencent le voyage d’une semaine en camping-car.

Coco n’est pas le seul à garder des secrets et la réflexion que ce roman suscite est de savoir si une amitié peut être maintenue malgré les mensonges.

Comme le définit bien l’auteur «Un road trip ludique et surréaliste, où tout peut arriver.

Une aventure sur la route qui parle de la vérité qui se cache derrière tous les mensonges.»

La fin de l’affaire.
Graham Greene.
Livres d’astéroïdes

Avec une traduction d’Eduardo Jordá et un épilogue de Mario Vargas Llosa, ce que beaucoup considèrent comme le meilleur roman de Graham Greene est réédité.

Dans les mots de Vargas Llosa, le protagoniste de l’histoire est le personnage féminin le mieux accompli dans l’ensemble du travail de l’auteur.

Situé dans le Londres d’après-guerre, Maurice Bendrix rencontre de façon inattendue le diplomate Henry Miles, qui est marié à Sarah, une femme avec laquelle Bendrix avait eu une liaison pendant la guerre.

Henry avoue à Maurice, qui soupçonne que Sarah lui est infidèle; mais ce sera Maurice qui engagera un détective privé pour découvrir la vérité, motivé par la curiosité et la jalousie.

Publié en 1951, il met à nouveau en évidence l’enquête de Greene sur les clairs-obscurs des relations amoureuses, les mécanismes du désir et de la foi, et les liens entre l’amour et la haine.

Genévrier.
Barbara Comyns.
lever du soleil

Quand il semble que Bella Winter commence une nouvelle vie en compagnie de sa fille, une petite fille noire, le passé – une mère qui ne semble jamais l’avoir aimée, une amante avare et déloyale – réapparaît menaçant son bonheur.

Mais Bella a trouvé un nouvel emploi et de nouveaux amis, les conditions idéales pour une réconciliation.

Une femme qui est tombée enceinte après avoir longtemps essayé, demande que si quelque chose lui arrive, elle prendra toujours soin de son enfant.

Cette promesse conduira à des événements tragiques que l’auteur de Et les cuillères à café étaient de Woolworth et La fille du vétérinaire résoudra magistralement et de manière inattendue, en se souvenant toujours du célèbre et macabre conte The Juniper des frères Grimm.

Histoires complètes.
Herman Melville.
lever du soleil

Herman Melville, en son temps méconnu et à peine valorisé par le public et la société littéraire, n’augurait pas la reconnaissance que lui réservait la postérité.

Avec ces contes complets, le lecteur découvrira l’inspirante littérature melvillienne qui mérite son succès: des personnages déracinés et infructueux, des idéalistes sans avenir à la recherche du bonheur qu’ils croient mériter.

Nous présentons une édition dans la collection Minus pour célébrer le bicentenaire de l’auteur (1819-2019), une célébration à laquelle s’ajoutent la nouvelle traduction de Benito Cereno et la réédition de juin, également en Minus, de White Jacket.

Veste blanche.
Herman Melville.
lever du soleil

Un magnifique travail de non-fiction, autobiographique, où Melville ne renonce pas à la composante allégorique et visionnaire qu’il développera tant chez Moby Dick.

Alba Editorial célèbre le Bicentenaire de Herman Melville avec la publication de la « Veste Blanche », « Histoires complètes » et « Benito Cereno ».

Melville était à son époque un écrivain méconnu et à peine valorisé par le public et la société littéraire, n’augurait pas la reconnaissance que l’avenir lui réservait.

Le dégoûtant.
Santiago Lorenzo.
Blackie Books

Manuel poignarde un policier anti-émeute qui voulait le frapper.

Fuit.

Se cache dans un village abandonné.

Il survit sur des livres australiens, des légumes des environs, un petit achat dans le Lidl que son oncle lui envoie.

Et il se rend compte que moins il en a, moins il en a besoin.

Un thriller statique, une version de Robinson Crusoe se déroulant dans une Espagne vide, une redéfinition du concept « d’austérité ».

Une histoire qui nous fait nous demander si les seules personnes en bonne santé sont celles qui savent que cette société est malade.

La meilleure chose à faire est d’y retourner.
Albert Espinosa, Grijalbo

Albert Espinosa i Puig est un scénariste, auteur de théâtre, écrivain, acteur et réalisateur espagnol.

Et dans « La meilleure chose à faire est de revenir » nous oblige à poser une question existentielle.

Faut-il avoir raison ou être calme? Dans une histoire d’amour, de pardon et de souvenirs lors de la journée de Sant Jordi et du livre, le 23 avril, où les roses et les livres sont célébrés et offerts, entre Barcelone, les îles d’Ischia et Minorque.

Livres non romanesques

Le directeur.
David Jiménez.
Livres KO

L’ancien rédacteur en chef du journal El Mundo, quitte cette « immolation personnelle » en définissant son livre, où il laisse par écrit toutes les vicissitudes vécues pendant un an à la tête de la direction du journal.

Ce qui semblait être un grand défi pour Jiménez, après des décennies de guerres, de catastrophes et de révolutions, s’est transformé en bataille pour défendre l’indépendance du journal contre les grandes sociétés politiques et économiques, prêtes à contrôler la ligne éditoriale.

De plus, il nous montre les relations complexes de faveurs entre les médias et le pouvoir; les conséquences pour ceux qui ne se lancent pas dans cette entreprise; et comme des présidents aux journalistes, ils font partie de cette chronique des secrets et des fils du gouvernement espagnol.

Une histoire sur des questions éthiques, des relations personnelles et la vérité sur la presse.

Mangez de la vraie nourriture.
Carlos Ríos.
Paidós

Carlos Ríos, diététicien-nutritionniste de profession et créateur du mouvement « Realfooding », présente ce guide de la saine alimentation dans lequel il propose de « manger de la vraie nourriture », en contrepartie d’un environnement alimentaire ultra-transformé.

Après avoir recherché les caddies des gens, analysé les produits des supermarchés et basé sur les expériences tirées des consultations de leurs patients; Ríos décide de faire de ce travail un manifeste du mouvement «Realfooding», qui nous permettra de connaître les ultra-transformés, et où il nous propose des trucs, astuces et recettes afin de transformer notre alimentation et notre santé.

Comment faire pour que de bonnes choses vous arrivent.
Marián Rojas.
Espasa

Réunissant le point de vue scientifique, psychologique et humain, l’auteur nous propose une réflexion profonde, parsemée de conseils utiles et d’une vocation éminemment didactique, sur l’application de nos propres capacités à l’effort pour nous assurer une existence pleine et heureuse.

Connaître et optimiser certaines zones du cerveau, fixer des buts et objectifs dans la vie, exercer la volonté, démarrer l’intelligence émotionnelle, développer l’affirmation de soi, éviter l’autocritique excessive et l’exigence de soi, revendiquer le rôle de l’optimisme …

Le jambon York n’existe pas.
Marián García.
La sphère des livres

Marían García, est docteur en pharmacie, nutritionniste et lauréate des salles eHealth 2018 à la chasse de l’année.

Ce vulgarisateur scientifique et alimentaire nous présente ce guide pour manger sainement et dévoiler les secrets des produits de supermarché.

Avec ce manuel, nous apprendrons à lire les étiquettes des produits, à faire la différence entre le « bio, le » écologique « et le » organique, ainsi que le « zéro-zéro » de la lumière.

Marián García nous aidera à mieux savoir quels aliments sont les meilleurs pour notre santé et comment, petit à petit, changer cette liste de courses malsaines.

Se tromper est utile.
Henning Beck.
Ariel

Le biologiste et docteur en neurosciences Henning Beck nous aide à comprendre comment notre cerveau fonctionne lorsque nous commettons des erreurs.

Cet expert en matière grise nous assure que grâce aux erreurs, nous pouvons générer de nouvelles idées et améliorer la prise de bonnes décisions.

L’auteur analyse comment le processus est mené par notre cerveau dans des situations d’oubli ou d’apprentissage.

De plus, il s’arrête pour analyser la notion de temps ou le fonctionnement de la mémoire et même, car il y a des gens plus créatifs que d’autres.

Pour reprendre les mots de Beck « C’est précisément dans nos erreurs et dans notre manque de concentration que réside notre véritable pouvoir mental. »

Indestructible.
Xavier Aldekoa.
Péninsule

Des exemples d’efforts et de persévérance, qui ne se concrétisent pas toujours, c’est ce que Xavier Aldekoa nous apporte avec «indestructibles», une chronique des entrailles les plus profondes de l’Afrique.

Dans ses pages, nous verrons combien d’enfants sont exposés à des situations traumatisantes, des ex-soldats aux filles kidnappées par Boko Haram, aux orphelins d’Ebola en Sierra Leone.

Aldeoka, comme ses protagonistes, ne s’arrête pas à l’événement traumatisant, au contraire, il nous montre comment, malgré les terribles scénarios, ils maintiennent leur capacité d’amélioration et de force, tout en revendiquant la dignité d’un continent qui semble oublié.

Origines.
Comment l’histoire de la terre détermine l’histoire de l’humanité.
Lewis Dartnell.
Débat

Parler de l’histoire de l’humanité n’est pas une tâche facile, il s’agit de plusieurs siècles d’histoires nombreuses et diverses.

Généralement, l’accent est mis sur les jalons majeurs qui ont changé le cours de l’humanité et ces jalons ont certains personnages en tant que protagonistes.

Lewis Dartnell nous propose de parler de cette histoire, mais en déplaçant le focus, en laissant de côté les repères et les personnages, et en se concentrant sur la terre elle-même.

Dans ses recherches, il étudie comment la composition de la planète façonne notre évolution, influence les civilisations et continue de façonner nos événements actuels.

Décentralisé de la théorie darwinienne, il a proposé de centrer l’histoire sur l’ensemble des énergies, des climats et autres transformations de la planète.

Tiens-moi fort.
Sue Johnson.
lever du soleil

Main dans la main avec la psychologue Sue Johnson, le lecteur se penche sur le monde compliqué des relations de couple.

Aidé par des exemples révélateurs et des suggestions pratiques, ce livre nous apprendra à bien aimer et nous fera affronter nos désirs et nos peurs les plus profonds.

Comme le dit l’auteur, « une relation amoureuse durable et satisfaisante n’est pas un rêve, mais une réalité à la portée de tous ».

(9 lectures)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COPYRIGHT © 2018 | Mentions Légales